Une façon différente de découvrir la rivière : non pas depuis le rivage ou du haut du canyon qui l’entoure, mais en la naviguant avec des canoës colorés. A certains endroits les eaux chargées d’adrénaline des rapides, à d’autres un voyage paisible et passionnant, en observant les paysages et les animaux en silence, à travers une réserve naturelle unique au monde au cœur de la France, quelques kilomètres après Valence.

La descente des Gorges de l’Ardèche , de Vallon Pont d’Arc à St. Martin d’Ardèche, est un merveilleux voyage pour faire du kayak dans les gorges ( Gorges ) du canyon creusé depuis des millénaires par la rivière Ardèche, un affluent du Rhône.

L’expérience moyenne est un parcours d’environ 32 km – il existe aussi la version 60 km en trois jours ou la version 5 km pour les plus petits – et dure deux jours , avec un bivouac nocturne incroyablement suggestif à mi-chemin. Suggestif car une fois franchi le pont naturel qui marque le début de la zone protégée, les baigneurs disparaissent avec les bruits de la civilisation et seuls les canoéistes restent, la rivière limpide avec ses criques et ses poissons.

C’est justement dans ces criques qu’il y a quelques bivouacs, des aires équipées d’emplacements, de douches et de barbecues (très spartiates) où l’on peut passer la soirée et la nuit, pour reprendre la descente le lendemain. Tout ce dont vous avez besoin – tente, sac à dos, sac de couchage, nourriture, eau – se glisse dans un grand bac étanche qui est à son tour fixé au canoë, de sorte que même en cas de renversement ou d’arrosage, les seuls à se mouiller seront les rameurs. , déjà en maillot de bain et équipés d’un gilet de sauvetage.

Les pirogues peuvent être monoplaces, plus légères et plus maniables, ou biplaces, plus spacieuses et stables mais plus lourdes. Pour parcourir 16 km, soit le trajet d’une journée, il faut compter environ 3 heures : pagayer est fatiguant mais pas impossible même pour les moins sportifs, d’autant plus que le courant de la rivière vous accompagne en aval. De plus, il est souvent possible de s’arrêter sur le rivage, en tirant le canot hors de l’eau, pour une collation ou une baignade dans les eaux claires et calmes de la rivière, pour se rafraîchir et se reposer.

En de nombreux points la rivière s’abaisse considérablement, de 10/15 mètres à quelques centimètres d’eau, créant des rapides dans lesquels le courant est canalisé entre les pierres qui émergent : en réalité le seul risque est de s’échouer et de devoir descendre pour pousser le canoë à la main, mais dans ces points il vaut mieux essayer de ne pas se renverser, sinon vous risquez des ecchymoses ou des coupures sur les jambes. Pour cela, il suffit de se laisser emporter par le courant sans mouvements brusques.

En chemin dans la réserve de l’Ardèche vous rencontrerez de nombreux « monuments naturels », tout d’abord les gorges, les falaises du canyon qui culminent à 300 mètres. Puis le Pont d’Arc, l’arche en pierre de 60 mètres de haut, les rapides Chames et Charlemagne , et, après de nombreux virages et courbes tracés par la rivière, la Cathédrale , imposante formation rocheuse qui sert de toile de fond à l’amusement simple mais rapide de la Pastière .

Le moment idéal pour vivre cette aventure inoubliable faite d’adrénaline et de tranquillité, de nature sauvage et de paysages à couper le souffle est de Pâques à fin octobre, puisque par contre la rivière est en crue et devient non navigable.